Les métiers de l'abeille
Biologie animale

Les métiers de l’abeille ouvrière

Les abeilles sont des insectes de la famille des hyménoptères. Tout comme les fourmis, les abeilles sont des insectes sociaux. Elles évoluent en colonie et doivent respecter des règles bien précises. La colonie, qui est une société à part entière regroupe trois castes différentes :

  • La reine : elle se charge d’assurer la descendance de la colonie, son rôle principal est la ponte,
  • Les faux bourdons : ce sont les abeilles mâles, ils sont chargés de féconder la reine,
  • Les ouvrières : ce sont les abeilles femelles, elles participent aux tâches de la colonie et assure la survie de l’essaim.

Ces dernières sont essentielles puisqu’elles participent à la vie sociale de la colonie. Nous allons voir que la division des tâches et l’organisation des différents métiers de l’abeille sont des mécanismes fascinants !

Les caractéristiques de l’abeille ouvrière

Avant de sortir de son alvéole, l’abeille ouvrière vit trois stades différents :

  • Le stade oeuf (3 jours)
  • L’étape larvaire (10 jours)
  • Le stade nymphal (8 jours)

C’est après 21 jours d’incubation et tout juste après sa naissance que notre jeune amie va devoir se mettre rapidement au travail ! Une abeille est capable de réaliser toutes sortes de tâches au cours de sa vie. Mais, comment va t-elle choisir son métier ?

Abeille ouvrière
Exemple d’une abeille ouvrière

Les abeilles ouvrières possèdent deux caractéristiques uniques pour déterminer la division des tâches et donc leurs rôles au sein de la colonie :

  • Le polyéthisme d’âge : le comportement de l’abeille évolue en fonction de son âge.
  • La régulation comportementale : les abeilles s’adaptent aux besoins de la colonie.

Au cour de leur vie, les abeilles réaliseront des métiers en fonction de leur âge et des besoins de la ruche. La durée de vie d’une abeille ouvrière dépendra donc principalement des tâches qu’elle aura effectué.

La nettoyeuse

Souvent occupé par les jeunes abeilles, le rôle de nettoyeuse consiste à préparer les cellules pour les futures générations. En effet, la reine pond uniquement dans des cellules nettoyées. Le rôle de nettoyeuse est donc essentiel pour la survie du couvain. En moyenne, une abeille nettoyeuse prend quarante minutes par cellule. Heureusement qu’elles sont des milliers !

L’aptitude des abeilles au nettoyage est un indicateur de bonne santé important pour l’apiculteur. En plus de préparer le couvain, les nettoyeuses se chargent de débarrasser la ruche des déchets. Comme par exemple, les pelotes de pollen, les opercules de cellules ou même les cadavres.
Le but est de protéger la colonie d’éléments pathogènes comme le Varroa !

La nourrice

Vers l’âge de 6 jours, une ouvrière peut devenir nourrice grâce au développement de ses glandes nourricières. Ces glandes lui permettent de produire la nourriture larvaire.
Dans un couvain, un grand nombre de phéromones sont libérées. Ces signaux chimiques permettent aux nourrices de différencier les castes des larves et de choisir la nourriture qui convient. Par exemple, une larve royale, qui deviendra une reine, nécessite de la gelée royale.
Au cours de sa période de nourrice, une abeille pourra satisfaire les besoins alimentaires de seulement trois larves.

La maçonne ou l’architecte

Un des métiers de l’abeille les plus incroyables est la maçonnerie ! Quand on symbolise une ruche d’abeilles, on pense forcément aux alvéoles parfaitement hexagonales.

Rayon de miel
Rayon de miel

Un nid d’abeilles a une structure en rayons. Ces rayons sont créés à base de cire et sont disposés parallèlement. Ils sont élaborés de haut en bas. Dans les ruches, cette structure est reproduite à l’aide de cadres mis en place par l’apiculteur.

Structure en rayons
Structure en rayons

Les bâtisseuses forment une chaîne entre elles pour concevoir un rayon. Les abeilles disposent de glandes cirières leur permettant de créer une substance qui une fois mélangée à leur salive deviendra de la cire.

Certaines abeilles maçonnes sont chargées de l’entretien des cellules et des rayons. Leur rôle est de colmater les failles avec de la propolis.

La manutentionnaire

À l’âge d’environ 15 jours, l’ouvrière manutentionnaire a pour mission de récolter le nectar ou le pollen amené par la butineuse.

Lorsqu’une butineuse de nectar arrive dans la ruche, elle se dirige vers une manutentionnaire pour décharger tout son nectar. L’échange s’effectue par trophallaxie, c’est-à-dire que les abeilles transfèrent le nectar à travers leurs langues.
Cet échange est en réalité la recette du miel. Une fois le nectar reçu par la manutentionnaire, celle-ci va l’ingurgiter et le régurgiter afin de le déshydrater. Lorsque le nectar à une concentration d’eau inférieur à 18 %, l’abeille pourra stocker le miel dans les cellules.

Les ouvrières manutentionnaires ramassent également les pelotes de pollens déposées par les butineuses, les mélangent avec de la salive puis les stockent dans des cellules.

La ventileuse

Un des métiers de l’abeille le plus étonnant est sans doute celui de la ventileuse. La ventilation de la ruche est une tâche très importante car elle permet de réguler la température de la colonie. Pour cela, les ouvrières ventileuses s’agrippent à la ruche avec leurs pattes et battent des ailes l’abdomen pointé vers le haut. La régulation de la température est différente selon le besoin.
Par exemple, dans les rayons à nectar, les ventileuses apporteront plus d’air et de chaleur afin de faciliter l’évaporation du nectar. Alors que dans le couvain, elles feront tout pour réguler la température entre 32 et 36°, allant même jusqu’à chercher de l’eau à l’extérieur.

La gardienne

Souvent âgées entre 12 et 25 jours, les ouvrières gardiennes participent à la défense du nid. Pour cela, elles se positionnent à l’entrée de la ruche et observent les différents dangers. Les abeilles gardiennes se chargent également de contrôler l’identité de chaque abeille entrant dans la ruche. Chaque abeille possède une “odeur coloniale” sur leur cuticule, c’est un code barre que les gardiennes scannent. En période de disette, certaines abeilles essayent de subtiliser le miel d’autres colonies. Grâce à l’odeur coloniale, les gardiennes protègent la ruche des envahisseurs !

La butineuse

Enfin, le plus beau des métiers de l’abeille : le butinage. L’ouvrière butineuse assure tous les apports nutritifs de la colonie : le nectar, le pollen et l’eau. Avant de parcourir les plaines à la recherche de fleurs, l’abeille butineuse effectue des vols d’orientation afin de se repérer géographiquement et connaître son environnement.

Les butineuses sont les plus âgées de la colonie, elles butinent environ 4 à 5 jours avant de mourir. Pour récolter le nectar, les butineuses se rendent sur des fleurs nectarifères et aspire le nectar avec leur langue pour finir dans leur jabot. La longueur de la langue varie entre les espèces d’abeilles, cela est un donc un critère de sélection pour les apiculteurs.

Abeille Butineuse
Abeille butineuse

Pour récolter le pollen, la butineuse gratte vigoureusement les fleurs avec ses pattes. Au cour de la récolte, des pelotes se forment. Une fois suffisamment grosses, la butineuse les ramènent à la ruche.

Les métiers de l’abeille ouvrière

En résumé, les différents métiers de l’abeille ouvrière sont :

  • La nettoyeuse
  • La nourrice
  • La maçonne
  • La manutentionnaire
  • La ventileuse
  • La gardienne
  • La butineuse

Si vous souhaitez voir d’autres articles sur les abeilles, dites-le nous en commentaire !

5/5 (3)

Laissez nous un avis ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *